Peuple unique», «humanité nouvelle»

L’Eglise n’est pas d’ institution humaine. De fondation divine, elle tend à la sanctification de la personne humaine par l’Esprit, au sein de la nature humaine déjà sanctifiée par le Christ et en lui, selon son Incarnation divinisante.
1. Universalité de l’Eglise dans l’épître de saint Paul: elle unit dans l’humanité déifiée du Christ le peuple juif et tous les peuples, la tradition juive et toutes les traditions. Le Christ est l’accomplissement de toutes les voies religieuses et spirituelles. Le christianisme n’est pas une religion parmi d’autres : il est la religion universelle («peuple unique», «humanité nouvelle») à laquelle toutes les nations aspirent. Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

Cet esprit et vérité, c’est notre foi, une foi vraie et forte!

 La conversation entre Jésus-Christ et la Samaritaine

Dans l’ Évangile de ce jour, nous entendons le récit de la rencontre de notre Seigneur avec une simple femme. Cette femme n’allait pas au Temple, ni à la prière, ni même n’était en chemin pour accomplir quelque bonne oeuvre. Elle allait simplement chercher de l’eau, comme des milliers de femmes dans tous les pays, et comme elle l’avait fait depuis ses jeunes années. Prenant sa cruche, elle avait à marcher jusqu’au puits, qui se trouvait dans une vallée (ce puits existe encore de nos jours), y faire descendre sa cruche pour la remplir, et revenir en gravissant le chemin de montagne jusqu’à son village. Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

Vie de Joseph l’Hésychaste (15) : Repos à Néa-Skiti

La chapelle funéraire et le tombeau de l'Ancien Joseph l'Hésychaste, en bas des bâtiments de l'Annonciation, à Néa-Skiti

Les jeunes disciples, dans leur enthousiasme, aspiraient à mener la même ascèse que les deux Anciens, mais ils n’avaient pas la même constitution. Devant leur insistance, l’Ancien les autorisa pourtant à suivre sa règle de jeûne pendant le Carême de Pâques, à leur grande joie. Mais la cinquième semaine, ils ne se réveillèrent pas à l’heure convenue. Le Père Arsène prévint l’Ancien Joseph : « Révérend Père, les enfants sont malades, ils ne se lèvent pas. Mais non, Arsène, ne soit pas naïf ; ils n’ont rien du tout ! Donne-leur seulement un peu de pain. » Et de fait, quand ils prirent ce “médicament”, ils se rétablirent immédiatement ! Encore… Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

Étapes de la vie spirituelle (4)

Histoire de Roman

En lisant les œuvres du Starets, vous trouverez des paroles concernant la lutte contre les pensées passionnelles. Les pensées remplissent le cosmos qui nous entoure, et nous sommes tous attaqués. Mais, ayant acquis la vision juste, orthodoxe, des choses spirituelles révélées par le Christ et par le Saint -Esprit, vous deviendrez capables de bâtir votre vie vous-mêmes. De quelle manière ? Certains d’entre vous connaissent peut-être un épisode de la vie du Starets Silouane. Dans mon livre sur le Starets, je dis que le Père Stratonique avait été invité dans la cellule du Père Dosithée, au Rossikon (le Monastère russe du Mont Athos). Après la mort de sa femme, ce Père Dosithée était venu au Mont Athos avec son fils Roman. Ce fils Roman était attaqué par des pensées de doute et il en était devenu presque malade. Il était exténué et ne pouvait pas comprendre ce qui lui arrivait. Il lui semblait qu’il avait perdu la foi. Il en parla à son père qui fit tout ce qu’il put pour lui redonner des forces et pour l’inspirer par la foi vivante comme auparavant. Mais il n’y arrivait pas. Un jour il rencontra le Père Silouane et lui dit: Encore… Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

La Raison contre la Foi

La foi chez beaucoup de chrétiens en Occident a cessé d’être un état pour devenir une idée qu’on a sur Dieu.

Quand on fait un travail théologique d’ordre intellectuel, il faut le faire dans un esprit de prière, car c’est la seule garantie de ne pas tomber dans des erreurs. Si quelqu’un veut nous contredire au sujet de la foi, nous adresse des objections dans un esprit de malignité, il faut faire intérieurement une prière au Saint-Esprit afin qu’il nous éclaire et nous indique ce qu’il faut répondre.

Il ne faut pas se laisser accabler par les pensées des choses matérielles, et ne pas se crisper sur elles, mais garder au contraire vis-à-vis d’elles un certain détachement. En ayant ce détachement nous pourrons d’ailleurs mener plus facilement à bien toutes nos entreprises. Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

« Forme de Dieu » et « Forme de Serviteur » (2)

La kénose est l’abaissement du serviteur qui ne cherche pas sa propre gloire mais celle du Père qui l’a envoyé. Le Christ n’affirme jamais, ou presque jamais, sa divinité. En se renonçant totalement, en laissant sa nature divine inapparente, en abandonnant toute volonté propre au point de dire : « Le Père est plus grand que moi », il accomplit sur la terre l’œuvre d’amour de la Trinité. Et par le respect infini dont il témoigne envers la liberté humaine, au point de ne montrer aux hommes que le visage douloureusement fraternel de l’esclave et la chair douloureusement fraternelle de la croix, il éveille en l’homme la foi comme une réponse d’amour : car seuls les yeux de la foi reconnaissent la forme de Dieu sous la forme de l’esclave et, déchiffrant sous un visage humain la présence d’une personne divine, apprennent à déceler en tout visage le mystère de la personne créée à l’image de Dieu.  Ancore…

Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

Homélie du Père Sophrony (Γαλλικά, En Français).

Sofronios2A l’intention de ceux qui sont présents ici pour la première fois, je voudrais dire que je m’adresse avant tout à mes frères et à mes sœurs, aux membres du monastère. Notre conversation aura donc un caractère purement monastique, c’est-à-dire relatif à notre vie.

Dieu révèle les mystères du salut

La dernière fois, Dieu m’a donné de parler de la vision dogmatique de notre foi. J’ai dit que malgré toute la différence et toute la distance qu’il y a entre Dieu et nous, le Seigneur a trouvé le moyen de nous sauver de notre état misérable. Comment pouvons-nous nous préparer à être avec un Dieu aussi grandiose, aussi absolu ? Pendant la Liturgie de Saint Basile, durant la Grande entrée nous disons cette prière :

« Ô Toi qui Es,

Ô Dieu le Père, Maître et Seigneur,

Qui nous as créés et nous as introduits dans cette vie,

Qui nous as montré la Voie du salut,

Qui nous as donné la révélation des Mystères célestes… »

C’est de ces mystères célestes que nous parlerons.

Dans la chute d’Adam, nous avons perdu la vraie idée du Royaume de l’amour du Père. Dans les commandements du Christ… Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »