Tout repose sur Dieu!

L’Ancien Cleopa (Ilie) (10 Avril 1912 – 2 Décembre 1998) fut un très célèbre moine et représentant de l’Église Orthodoxe de Roumanie, et un archimandrite et higoumène du monastère de Sihastria. L’Ancien Cleopa rappellera plus tard ses débuts nostalgiques :

«Ces années où j’étais le berger avec mes frères pour les moutons des sketes, j’avais une grande joie spirituelle. Le troupeau, les moutons – je vivais dans la quiétude et la solitude sur la montagne, au milieu de la nature; c’était mon école monastique et théologique. Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

Vie de Joseph l’Hésychaste (14) : Les héritiers

Durant l’été 1947, le moine de petit habit Sophrone, vingt-six ans, se présenta à l’ermitage et demanda avec insistance au Père Arsène et à l’Ancien Joseph de l’accepter pour disciple. Originaire de l’île de Chypre, il y avait d’abord vécu au Monastère de Stavrovouniou. Pour des raisons spirituelles, l’Ancien de ce Monastère, le Père Cyprien, l’avait envoyé avec sept autres poursuivre leur formation monastique au Mont Athos. Le moine Sophrone éprouvait un besoin fondamental de trouver un guide spirituel expérimenté. Il entendit parler de l’Ancien.

« Ni le lieu, ni notre mode de vie ne permettent à d’autres de venir s’installer ici. » Telle fut leur réponse. Encore… Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

Vie de Joseph l’Hésychaste (13): Une patience inébranlable dans les épreuves

Le Père Joseph l'Hésychaste sur les lieux de ses combats ascétiques, à la Petite Sainte-Anne

À Saint-Basile, l’Ancien, bien malgré lui, commença à être connu. Plusieurs, désirant mener la vie monastique sous sa direction, se présentèrent, entre autres son propre frère Nicolas, le futur Père Athanase. Enfin le fameux Père Éphrem de Katounakia, tout en demeurant dans l’obéissance à son Ancien légitime, venait régulièrement recevoir l’enseignement de l’Ancien Joseph et célébrait la Liturgie. Encore… Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

Vie de l’Ancien Joseph l’Hésychaste [1898-1959] (2)

La maison natale de Joseph l'Hésychaste, à Lefkes, dans l'île de Paros.

Dès sa naissance.

Le lieu de naissance de l’Ancien était Paros dans les Cyclades, petite île tranquille et de bonnes mœurs.

Ses parents étaient simples et plutôt pauvres, si bien que les enfants furent obligés à travailler dès leur plus jeune âge, afin d’assurer leur subsistance. Son père, Georges Kottis, ne vécut pas suffisamment longtemps pour pouvoir élever ses enfants jusqu’au bout, chose pas tellement inhabituelle dans les familles pauvres. Encore… Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »

Pourquoi le sourire de l’Ancien Joseph est-il « de l’éternité » ? (French, Γαλλικά)

keidia-5

Honorable Monsieur Papanicolaou,

Quelques heures après l’ensevelissement de l’Ancien Joseph vous avez publié sur votre site internet un article ayant pour titre : « Les funérailles du bienheureux Ancien Joseph de Vatopaidi – Sourire de l’éternité » décrivant en peu de mots l’évènement illustré de quelques photographies. La photographie du défunt, souriant, non seulement des lèvres mais par toute l’expression de son visage, a fait grande impression dans le monde comme nous pouvons le constater d’après les articles et commentaires qui sont apparus sur de nombreux sites internet. Assurément, on rencontre des cas de défunts présentant un visage lumineux, avec une expression de profonde sérénité ; cependant où peut-on trouver un tel sourire ? D’une part, tous les Pères spirituels disent que l’heure de la mort est effrayante pour tout être humain, et d’autre part nous lisons dans les écrits patristiques que ceux qui sont les plus avancés dans la vie spirituelle, par humilité, ne se laissaient jamais gagner par une assurance présomptueuse de leur salut avant d’être passé dans l’autre vie, où il n’y a plus de danger. De plus, l’Ancien Joseph souffrait du cœur et était très accablé par la maladie. Pouvait-il donc mourir en souriant ? Διαβάστε τη συνέχεια του άρθρου »